Congrès  >   ASCO 2022  >  Traitement d'un CBNPC avancé PD-L1 ≥ 50% : un anti-PD-L1 avec ou sans chimiothérapie ?

Traitement d'un CBNPC avancé PD-L1 ≥ 50% : un anti-PD-L1 avec ou sans chimiothérapie ?

Dans le cancer bronchique non à petites cellules PD-L1 ≥ 50%, le traitement de première ligne approuvé par la FDA est une association immunothérapie ± chimiothérapie ± anti-angiogéniques mais il n'a jamais été démontré que la chimiothérapie apportait un bénéfice. D'où cette analyse poolée de la FDA qui a inclus 12 études cliniques randomisées pour un total de 3.189 patients.

C'est une analyse intéressante qui est proposée par la FDA dans la mesure où elle permet de voir si le bénéfice de la chimiothérapie l'emporte sur la toxicité lorsqu'elle est associée à un inhibiteur de points de contrôles immunitaires chez des patients qui ont un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avec une expression de PD-L1 ≥ 50%. L'analyse1 porte sur 3.189 patients (38% entre 65 et 74 ans, 11% ≥ 75 ans, 66% ECOG PS 0-1) avec un CBNPC (EGFR ou ALK non muté), inclus dans 12 essais cliniques randomisés avec 2 bras, immunothérapie + chimiothérapie (I+C) vs immunothérapie (I) seule. Le critère principal est la survie globale, les critères secondaires sont la survie sans progression et le taux de réponses objectives. Tous les résultats sont ajustés pour l'âge, le sexe, la race, le statut ECOG, l'histologie et le statut tabagique.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: