Médical  >  L’aspirine en prévention cardiovasculaire peut faire pire que bien pour les plus de 60 ans

L’aspirine en prévention cardiovasculaire peut faire pire que bien pour les plus de 60 ans

BRUXELLES 20/05 Des experts américains mettent en garde contre la généralisation de la prescription d’aspirine, surtout chez les plus de 60 ans. Ceux qui n’ont pas (encore) été touchés par un accident cardio-vasculaire doivent s’abstenir, en raison des risques d’hémorraghie. MediQuality a interrogé Philippe van de Borne, professeur de cardiologie et directeur du département de Cardiologie de l'hôpital universitaire Erasme (ULB).

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: