Actualités  >  L'euthanasie pour souffrance psychique - À propos de dysfonctionnement et de normalité (opinion)

L'euthanasie pour souffrance psychique - À propos de dysfonctionnement et de normalité (opinion)

Opinion

BRUXELLES 11/02 - Dans un article publié dans De Standaard le 6 février 2020, Ariane Bazan, Professeur de psychologie clinique à l'ULB, soulève un certain nombre de questions relatives à des concepts tels que le dysfonctionnement et la normalité, à l’occasion du récent procès sur l'euthanasie qui s'est achevé entre-temps.

Dans cet article d'opinion, elle émet le postulat que toute famille est, dans une certaine mesure, dysfonctionnelle et, qu'à partir de là, par essais-erreurs, une famille se développe, avec les hauts et les bas nécessaires.

Au cours du procès sur l'euthanasie, la famille de Tine a été présentée comme dysfonctionnelle. La famille n'aurait pas fourni la sécurité et l'affection nécessaires pour permettre à un enfant de se développer correctement et de devenir un citoyen à part entière, quoique l'on puisse entendre par là. Il est très difficile de savoir si cela a joué un rôle dans sa demande ultime d'euthanasie et cela reste, en tout cas, hypothétique.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: