Actualités  >  Et si le remboursement des traitements chroniques était lié au changement de mode de vie ? (opinion)

Et si le remboursement des traitements chroniques était lié au changement de mode de vie ? (opinion)

Opinion

BRUXELLES 04/06 - La prévalence des maladies chroniques est une évidence pour tout le monde aujourd'hui, remplaçant de loin l'impact santé et économique des maladies aiguës, même en temps de coronavirus. En 2012, 38 des 56 millions de décès dans le monde soit 68% étaient dus aux maladies chroniques non transmissibles. 4 types d'affections dominent ce tableau avec plus de 80% : les affections cardiovasculaires, les cancers, les diabètes et les affections respiratoires chroniques.

Un belge sur 4 est hypertendu, 1 500 000 compatriotes avalent tous les matins une statine (en tout cas ceux qui sont adhérents au traitement), le diabète et le prédiabète sont en croissance permanente et les affections respiratoires s'amplifient à cause d'un environnement de plus en plus malsain.

Et la situation ne va faire qu'empirer, en lien avec le vieillissement de la population. Un quart de la population a plus de 65 ans aujourd'hui et on atteindra un tiers en 2040. ¾ d'entre eux présente au moins une affection chronique aujourd'hui comme l'atteste l'étude Lausanne 65+.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: