Actualités  >  L’Université de Mons revendique l’obtention du Master en médecine

L’Université de Mons revendique l’obtention du Master en médecine

MONS 06/07 - Le Recteur de l’Université de Mons, le Professeur Philippe Dubois, plaide pour que l’UMONS obtienne le Master en médecine et puisse ainsi disposer du cycle complet d’études dans ce domaine important pour la santé de la population hainuyère;

L'UMONS, au travers de sa Faculté de Médecine, de Pharmacie et des Sciences biomédicales ne dispose en effet actuellement que du cycle de Bachelier en sciences médicales ; ce qui contraint ses étudiants à se faire diplômer dans d'autres institutions universitaires du pays et tend à ne pas résoudre la pénurie de médecins et de spécialistes de la santé que rencontre le Hainaut, province la plus peuplée de Wallonie.

La décision d'octroi du Master en médecine doit d'abord faire l'objet d'un consensus politique avant d'être « coulée » dans un décret pour pouvoir être effective.

Il revient en effet à l'Académie de Recherche et d'Enseignement Supérieur (ARES) de proposer au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles les habilitations.

Conformément au décret « Paysage », une habilitation est la capacité accordée à un établissement d'enseignement supérieur d'organiser un programme d'études sur un territoire donné et de délivrer des certificats et des diplômes. L'habilitation permet donc à un établissement d'organiser un programme d'études supérieures.

L'ARES a dans ses différentes missions, celle de recueillir les demandes d'habilitations émises par les établissements d'enseignement supérieur, de les analyser et de les sélectionner en fonction de critères précis pour les proposer ensuite au gouvernement de la FWB qui, à son tour, les soumet au vote des parlementaires.

Mais plusieurs arguments et faits objectifs plaident en faveur de l'obtention de ce Master au bénéfice de l'UMONS :

  • Le Hainaut est la province la plus peuplée de Wallonie ;
  • L'état général de la santé de sa population présente des indicateurs faibles, voire inquiétants : taux de mortalité globale, taux de mortalité prématurée plus élevés qu'ailleurs et espérance de vie réduite (voir détails statistiques ci-dessous) ;
  • Or, une pénurie de médecins généralistes y est constatée, aggravée par l'âge moyen avancé des praticiens et doublée d'un recrutement jugé trop faible de médecins en provenance  des autres provinces.
  • De plus, l'épidémie de COVID-19 a mis en lumière la fragilité relative du Hainaut et de ses nombreux clusters face à un rebond.
  • Enfin, l'UMONS qui est en nette progression depuis sa création-fusion voici maintenant 10 ans.
  • Le moment est donc venu de revendiquer le Master en médecine pour l'UMONS et sa Faculté de Médecine et Pharmacie, revendication émanant de manière pressante des responsables de la Province du Hainaut, particulièrement des milieux hospitaliers.

 

L'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (Ares) devra analyser cette requête de l'université montoise. Si elle l'approuve, l'académie la proposera ensuite au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui, à son tour, la soumettra au vote des parlementaires. 

 

Commmuniqué de presse de l'UMons

Inscrivez-vous gratuitement

Afin d'accéder à l'info médicale nationale et internationale sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: