Actualités  >  COVID-19: Un collectif de scientifiques et d'académiques attaque la gestion de la crise

COVID-19: Un collectif de scientifiques et d'académiques attaque la gestion de la crise

BRUXELLES 27/08 - Il est urgent de revoir totalement la gestion de la crise du Covid-19, qui a causé plus de tort que de bien, affirme jeudi un collectif de scientifiques et d'académiques dans une carte blanche publiée par Le Soir et La Libre Belgique. Selon les signataires, "sur le plan médical, le confinement a entraîné une surmortalité (d'au moins 30%) dans les autres pathologies".

La lettre ouverte est rédigée par un collectif des mondes médical, académique, juridique, économique, de l'enseignement et de l'information (chefs de cliniques et de services hospitaliers, professeurs de médecine, médecins spécialistes mais aussi avocat ou encore économistes). Elle s'adresse aux décideurs politiques.

"La gestion actuelle de la crise sanitaire montre énormément de failles et trop d'inadéquation", attaque le collectif. D'après lui, cette gestion manque "singulièrement de clarté et de transparence". "Confiner les personnes saines n'a aucun fondement scientifique, et confiner les personnes malades avec les personnes saines aura pu favoriser les contaminations entre personnes vivant sous le même toit", indique-t-il entre autres.

Sur le plan médical, le confinement a entraîné une surmortalité dans les autres pathologies. Des données récentes estiment cette surmortalité à au moins 30 % de la surmortalité globale, ce qui correspond précisément au nombre de patients "suspects de Covid-19" et que le gouvernement belge, contrairement à ses voisins, a comptabilisés dans la mortalité liée au Covid-19, surestimant celle-ci de façon importante.

D'autres chiffres corroborent ce phénomène puisque les hôpitaux belges ont observé une nette diminution du nombre de patients pris en charge pour infarctus du myocarde pendant la période du confinement, et en France pendant la même période une grosse augmentation du nombre d'arrêts cardiaques extra-hospitaliers et un excès de mortalité liées à ceux-ci, qui n'est pas expliquée par l'existence du Covid-19 à lui seul. La médecine préventive n'a pu être conduite correctement, en particulier les diagnostics de cancer ont diminué de moitié (moins 2 500 diagnostics par mois en Belgique) avec une surmortalité attendue également.

Le collectif dénonce également l'impact économique des mesures prises. "Cinquante milliards se sont évaporés; jamais autant d'argent n'aura été investi pour sauver si peu de vies, même dans les estimations les plus folles du nombre de décès soi-disant évités."

Les signataires mettent par ailleurs en cause la légitimité des experts actuellement aux commandes, "dont les critères de sélection restent jusqu'ici inconnus et incompris". Ils demandent donc la mise sur pied urgente de nouveaux groupes de travail, intégrant tous les secteurs concernés.

DDM • Belga

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: