Actualités  >  La colère d’une généraliste : « J’aimerais faire de la médecine, pas des papiers »

La colère d’une généraliste : « J’aimerais faire de la médecine, pas des papiers »

Opinion

BRUXELLES 22/09 - Quelques jours à peine après une rentrée scolaire en « code jaune », la Belgique est déjà occupée à vider ses écoles. Sur base de recommandations plus ou moins validées scientifiquement (en tous cas discutables), elle balaye l’article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, à savoir le droit à l’éducation. Bien que la météo soit ensoleillée, ceci est une histoire de parapluies.

Je vous explique. La médecine scolaire (et les PSE, Promotion pour la santé à l'école/ PMS, centre psycho-médicosocial) ouvre son parapluie ONE/ Sciensano : « Nous sommes tributaires des décisions de l'ONE qui nous impose un arbre décisionnel où dès que 1 ou 2 élèves sont positifs (variables selon les écoles), masque ou pas, distanciation sociale ou pas, toute la classe doit être testée et mise en quarantaine 14 jours, quel que soit le résultat des tests. Mais surtout, contactez votre médecin traitant pour les modalités du dépistage, la prescription, la réception et la gestion du résultat, et surtout surtout n'oubliez pas le certificat médical. Sans quoi, votre enfant ne sera pas en ordre d'homologation, cf. obligation scolaire. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: