Actualités  >  Comment mesure-t-on son degré de fatigue lorsqu'on est médecin ? (témoignage)

Comment mesure-t-on son degré de fatigue lorsqu'on est médecin ? (témoignage)

Opinion

BRUXELLES 11/12 - Médecin généraliste âgé de 29 ans, Baptiste Beaulieu témoigne: "Avec la pandémie, ça fait plus d’un an que je n’ai pas pris de congés, deux semaines en septembre 2019, et je me sens vraiment épuisé."

Évidemment, cela s'exprime par une plus grande irritabilité, une patience qui fond comme neige au soleil, et de petits accès de colère.

Mais j'ai un indice, un petit truc, qui me permet de savoir quand j'ai dépassé mon seuil de fatigue acceptable : enfant, cet indice c'était les TOC, mais devenu adulte, c'est la vaccination des bébés.

Je m'explique avec un exemple : l'autre jour, il doit être dans les 18h30 un vendredi, une maman amène son bébé de six mois. Elle lui a mis un petit patch analgésique, au bon endroit, 40 minutes avant la consultation, bref elle a fait tout comme il fallait, et pourtant, j'ai pas pu.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: