Actualités  >  Doutes quant à la vaccination et communication : un sujet délicat

Doutes quant à la vaccination et communication : un sujet délicat

Opinion

BRUXELLES 05/03 - Notre confrère le Docteur Stuer énumère une série de conseils pour informer correctement les personnes qui doutent quant à la vaccination, lorsque l’on n’est pas convaincu de l'utilité, de l'efficacité et/ou de la sécurité du vaccin. Je dois dire que son discours ne m’a pas appris grand-chose.

Pour rappel, voici le lien vers l'article du Docteur Stuer.

Il y invoque le serment d'Hippocrate et le Conseil de l'Europe, ainsi que l'obligation de fournir des informations. Il aborde la déclaration d'Helsinki et mentionne le consentement éclairé. Il suggère qu'il n'y a pas encore eu de débat sociétal sur la vaccination en tant que telle.

Il semble également qu'il faille accorder plus d'attention à la prévention, un argument qui figure invariablement lorsqu'il s'agit de la santé de la population. Je ne ferai pas de commentaires sur la pertinence de la vaccination obligatoire dans certaines situations. Il existe cependant des circonstances dans lesquelles cela pourrait être souhaitable.

Si l'on examine le secteur des maisons de repos et de soins, on observe une image hétérogène. En Flandre, la volonté du personnel soignant de se faire vacciner est très élevée. Bruxelles et la Wallonie montrent une image complètement différente. Dans certaines institutions, seuls 50% des soignants sont vaccinés. Un certain nombre de facteurs sont mis en cause, comme la nationalité du personnel. Toutes les cultures n'ont pas la même approche de questions telles que la vaccination et surtout de sa valeur ajoutée. On pourrait y trouver une partie de l'explication.

Mais nous ne pouvons cependant pas prendre cela trop à la légère. Nous attendons des résidents des maisons de repos qu'ils se fassent vacciner. Nous estimons que cela va de soi. Et dans le même temps, cette règle ne devrait pas s'appliquer au personnel qui prend soin des résidents... Je peux imaginer que certains résidents se posent des questions.

Et que dire du fait qu'une contamination entre dans une maison de repos via un membre du personnel soignant qui s'avère ne pas être vacciné ? Que va-t-on faire ? Va-t-on confiner toute l'institution à cause du refus d'un membre du personnel ? Comment va-t-on expliquer cela aux résidents ? Quelle sera leur réaction lorsqu'ils sauront que le virus est arrivé par une personne non protégée qui s'avère, de plus, être un membre du personnel ?

Je peux m'imaginer que tous les résidents ne seront pas satisfaits. Sans parler des réactions des familles. Comment ces personnes vont-elles digérer cette situation ? Vont-elles tout simplement l'accepter ? Vont-elles s'y opposer ? Peut-être exigeront-elles que tout le personnel soit vacciné ? Qui pourrait le dire ? Ou peut-être ces familles déplaceront-elles leur père ou leur mère dans une autre maison de repos, où d'autres règles sont en vigueur ?

Avec toutes ces questions à l'esprit, je ne pense pas que ce soit une mauvaise idée d'examiner de plus près l'appel dans plusieurs médias en faveur d'une vaccination obligatoire du personnel de santé.

De nombreux arguments plaident en faveur de l'obligation de vaccination pour le personnel de santé. Il y a peu d'arguments contre, sauf pour raisons médicales. Il s'agit d'un sujet délicat, auquel nous devons réfléchir sérieusement.

Le doute est humain. Mais lorsque la vie humaine est en jeu, il faut oser prendre des mesures drastiques, même si elles vont à l'encontre de notre instinct.

Dr Wouter Van den Abeele

Médecin généraliste

Zelzate

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Dr Wouter Van den Abeele • MediQuality

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: