Actualités  >  Comportements sexuels abusifs : 4 médecins en formation sur 10 y ont été confrontés (enquête)

Comportements sexuels abusifs : 4 médecins en formation sur 10 y ont été confrontés (enquête)

BRUXELLES 01/04 - Près de 40% des médecins en formation ont déjà été confrontés à des comportements sexuellement abusifs. Telle est la conclusion d'une enquête à grande échelle de l'association flamande des étudiants en médecine (Vlaams Geneeskundig StudentenOverleg, VGSO), envoyée à tous les étudiants en médecine et médecins en formation.

L'étude menée par la VGSO montre que près de 40% des médecins en formation interrogés ont déjà été confrontés à des comportements sexuellement abusifs lors de stages ou au travail. Chez les médecins généralistes en formation, ce chiffre atteint même 53%.

Quels incidents ?

La plupart des incidents se limitaient à des remarques et des invitations indésirables. Dans 8% des cas, cependant, il s'agissait de formes physiques telles que des attouchements non désirés voire même, dans quelques cas, une pénétration orale ou vaginale. Les agresseurs étaient en général des patients, des membres du personnel ou d'autres étudiants. Plus de la moitié des répondants ont déclaré ne pas savoir comment réagir à un comportement sexuellement abusif ni où demander de l'aide.

Des données concrètes

Les résultats complets de l'étude ont été publiés dans la revue professionnelle BMC Medical Education. « Nous avons mené cette étude suite aux résultats préoccupants d'une enquête similaire réalisée aux Pays-Bas et à de graves récits qui circulaient de façon sporadique. Grâce à cette étude à grande échelle, nous pouvons, pour la première fois, quantifier l'impact réel de la transgression sexuelle au sein de cette population, » commente Nicolas Degryse, président de la VGSO.

« En raison de leur expérience pratique limitée et de leur faible position dans la hiérarchie, les stagiaires sont vulnérables aux abus. Comme le montre l'étude, beaucoup ne savent pas comment réagir, et on constate une grande réticence à demander de l'aide ou à se confier. Ces expériences ont indéniablement un impact majeur sur le développement en tant que médecin et sur le bien-être mental des étudiants concernés. »

Développer des solutions

La VGSO plaide pour l'élaboration, avec les facultés et les conseils académiques, d'une politique permettant de mieux préparer les étudiants au début de leur stage. Selon elle, il est important de renforcer la visibilité et l'accessibilité des points de contact et de soutien existants.

En outre, des codes de conduite et une formation à la communication ont un rôle à jouer, car ils permettent d'apprendre clairement aux étudiants où se situent les limites et comment réagir lorsqu'eux-mêmes ou un de leurs proches sont victimes d'un comportement inapproprié.

Les généralistes en formation, encore plus durement touchés

La HAIO Overleg Platform (HOP), plateforme de concertation des médecins généralistes en formation, partage le même point de vue : « Nous avons été choqués par les chiffres élevés qui concernent les médecins généralistes en formation. C'est inacceptable. Nous en avons immédiatement discuté au conseil de formation interuniversitaire, en vue de mieux soutenir les victimes et de travailler à une approche préventive sur le lieu de travail. »

La nécessité d'un service de médiation indépendant

Jonas Brouwers, président de l'Association flamande des médecins spécialistes en formation (Vlaamse vereniging voor Arts-Specialisten in Opleiding, VASO), ajoute : « Nous plaidons depuis longtemps en faveur d'un service de médiation indépendant, où de tels problèmes pourraient être signalés. Actuellement, nombre de médecins en formation ne savent pas à qui s'adresser et gardent leurs problèmes pour eux. La VGSO, la VASO et la HOP entendent unir leurs forces, et appellent les universités et les décideurs politiques à améliorer encore l'encadrement et la formation des jeunes médecins.

À propos de la VGSO :

L'association flamande des étudiants en médecine (Vlaams Geneeskundig StudentenOverleg, VGSO) représente les intérêts des étudiants en médecine en Flandre. Elle est composée de représentants élus des différentes organisations d'étudiants des facultés de médecine flamandes (UA, UGent, UHasselt), KU Leuven et VUB).

Cette étude a été réalisée avec le soutien financier de l'Association flamande des étudiants (Vlaamse Vereniging voor Studenten, VVS).

Note de la rédaction :

MediQuality a mené une enquête sur les comportements transgressifs dans le secteur médical en 2019.

Quelque 35% des prestataires de soins interrogés ont fait l'expérience de tels comportements. Vous retrouverez tous les résultats et articles associés dans ce dossier.

L'association flamande des étudiants en médecine (Vlaams Geneeskundig StudentenOverleg, VGSO)

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: