Actualités  >  Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir : la fin

Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir : la fin

Opinion

BRUXELLES 21/04 - Cet article clôturera ma série « il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ». Je commencerai et terminerai cette carte blanche de mes observations sur cette crise sanitaire par un citation d’Einstein qui est une des raisons de mes écrits : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui le regardent sans rien faire. »

J'ai cherché un mot sur internet qui résumerait l'emballement et l'hystérie qui ont caractérisé la prise en charge de cette épidémie, avec une disproportion telle qu'elle semble tout droit sortie d'un mauvais film de science-fiction. Ce mot est l'apophénie.

« L'apophénie est une altération de la perception, qui conduit un individu à attribuer un sens particulier à des événements en établissant des rapports non motivés entre les choses.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: