Actualités  >  Le GBS veut-il vraiment que les spécialistes prennent le pas sur les généralistes ?

Le GBS veut-il vraiment que les spécialistes prennent le pas sur les généralistes ?

Opinion

BRUXELLES 23/04 - Emoi en début de semaine, lorsque les médecins généralistes ont pris connaissance de la "Position du comité exécutif du GBS concernant les soins efficaces". En résumé, il s'agirait ni plus ni moins que de considérer les spécialistes de ville sur le même plan que les généralistes dans la première ligne de soins, y compris pour l'initiation des DMG, au nom des économies pour le budget de la santé et de la mise à disposition des médecins les plus compétents pour les patients. Mais est-ce bien cela qu'il faut comprendre ?

L'existence d'un (premier) lien thérapeutique

Jean-Luc Demeere, le président du GBS, s'insurge contre une vision caricaturale des intentions affichées par son groupement, déplorant par ailleurs avoir reçu des appels de jeunes généralistes furieux de voir compromise leur place dans le système de soins.

Lien vers la position du GBS.

"Pour nous, ce qui compte avant tout, c'est que les meilleurs soins soient donnés par les gens les plus compétents et à proximité du patient. C'est d'ailleurs ce qui a été rappelé par le ministre de la Santé. La base est que tout premier contact entre un patient et un médecin, qu'il soit spécialiste ou généraliste, devrait idéalement déboucher sur la création, l'initiation d'un DMG par le médecin consulté. Ensuite, ce DMG pourrait très bien être géré par un généraliste, dont c'est un des rôles. Prenons l'exemple d'un nourrisson quittant le milieu hospitalier, arrivant ensuite chez un pédiatre de ville. Ce dernier doit alors inviter les parents de l'enfant à consulter un généraliste pour la création du DMG de leur enfant et qu'il puisse, dans certaines circonstances, obtenir des remboursements préférentiels.  Or, ce généraliste ne connait pas cet enfant, il n'a pas de lien thérapeutique avec lui. C'est une démarche et un coût inutiles, puisque le pédiatre pourrait très bien créer le DMG." D'après Jean-Luc Demeere, il ne serait donc pas question de réclamer la gestion du DMG (ni le forfait qui y est lié).

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: