Actualités  >  Prescription rationnelle des benzodiazépines dans le cadre des troubles du sommeil (AFMPS)

Prescription rationnelle des benzodiazépines dans le cadre des troubles du sommeil (AFMPS)

BRUXELLES 04/05 - Suite aux publications des résultats de la 5ème enquête de santé COVID-19 de Sciensano ainsi que ceux de l’enquête de l’AFMPS sur l’utilisation des somnifères, l’AFMPS souhaite encourager patients et professionnels de la santé au bon usage des benzodiazépines et « Z-drugs » dans le cadre des troubles du sommeil.

En décembre 2020, Sciensano a publié les résultats préliminaires de sa cinquième enquête de santé COVID-19(link is external). Il en ressortait que la proportion de personnes utilisant des tranquillisants ou des somnifères en décembre 2020 (21 %) était plus élevée que les chiffres de population obtenus via l'enquête de santé de 2018 (où 13 % déclaraient en avoir pris lors des 2 dernières semaines). Parmi les 21 % d'utilisateurs, 42 % ont commencé ou augmenté leur consommation depuis la crise sanitaire. Ceci concerne particulièrement les tranches d'âges les plus jeunes : les trois quarts des jeunes de 18 à 24 ans qui consomment des sédatifs ou des somnifères disent que leur usage a débuté ou augmenté depuis la crise.

En outre, en février 2021, l'AFMPS publiait les résultats de l'enquête en ligne sur l'utilisation des benzodiazépines et des médicaments apparentés utilisés dans le cadre des troubles du sommeil. La majorité des patients avaient signalé des durées d'utilisation nettement supérieures à celles recommandées et plus d'un patient sur trois montrait des signes de dépendance psychologique au traitement.

Tous les troubles de sommeil ne nécessitent pas un traitement hypnotique: ceux qui sont la conséquence d'une maladie physique ou mentale peuvent être soulagés par un traitement spécifique de la maladie en question. Si cela s'avère nécessaire, les troubles du sommeil peuvent être traités par des médicaments, de préférence avec une benzodiazépine de durée de vie moyenne ou une « Z-drugs ». L'AFMPS rappelle qu'il n'y a pas à ce jour de preuves convaincantes que les « Z-drugs » provoquent moins d'effets indésirables ou de dépendance que les benzodiazépines.

Selon la directive evidence based « Prise en charge des problèmes de sommeil et de l'insomnie chez l'adulte en première ligne(link is external) », les benzodiazépines et « Z-drugs » sont indiqués pour le traitement à court terme de l'insomnie chez les adultes souffrant d'insomnie grave ou d'insomnie de courte durée (aiguë) ou d'une exacerbation d'insomnie chronique accompagnée d'un niveau élevé de détresse. En raison, entre autres, du risque d'abus et de dépendance, l'utilisation à long terme des hypnotiques n'est pas recommandée. Le traitement doit être aussi court que possible, la durée variant de quelques jours à 2 semaines, avec un maximum de 4 semaines, comprenant la période de sevrage. La décision de prolonger le traitement au-delà de la période maximale de traitement, si nécessaire, ne devrait pas avoir lieu sans une réévaluation de l'état du patient. Le traitement doit être prescrit à la dose la plus faible possible. Chez les personnes âgées, le médecin doit prescrire les benzodiazépines et les « Z-drugs » de façon encore plus restrictive et réduire de moitié la dose.

Cliquez sur ce lien pour lire l'article intégral sur le site de l'AFMPS.

• FAGG-AFMPS

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: