Actualités  >  La gaffe du secrétaire d’Etat : publication du prix des vaccins sur Twitter (réaction de Pfizer, Pharma.be)

La gaffe du secrétaire d’Etat : publication du prix des vaccins sur Twitter (réaction de Pfizer, Pharma.be)

BRUXELLES 18/12 - La secrétaire d'Etat au Budget Eva De Bleeker (Open Vld) a admis jeudi soir à la Chambre avoir été trop transparente en publiant, sur Twitter, un tableau détaillant les prix des différents vaccins contre la Covid-19 pré-commandés par la Belgique.

Lors du débat budgétaire qui a duré plus de 30 heures, de longs échanges ont eu lieu sur les moyens que le gouvernement a prévu pour l'achat des vaccins contre le coronavirus. La secrétaire d'État Eva De Bleeker a précisé que l'argent était bien provisionné.

Jeudi après-midi, pour étayer son propos, elle a publié sur Twitter un tableau détaillant les montants vaccin par vaccin... avant de le supprimer. Il y était indiqué les noms des fournisseurs, le nombre de doses ainsi que les prix.

Voici les prix affichés sur Twitter: 

  • 18 dollars (15 euros) par dose pour le vaccin de Moderna

  • 12 euros pour le vaccin de BioNTech/Pfizer

  • 10 euros pour le vaccin de Curevac

  • 7,56 euros pour le vaccin de Sanofi/GSK

  • 8,50 dollars  (7 euros) pour le vaccin de Johnson & Johnson 

  • 1,78 euro pour le vaccin d'AstraZeneca

Rappelée dans la soirée par la N-VA pour se justifier, Mme De Bleeker a admis avoir été trop transparente, estimant toutefois que "rien n'est mis en péril" par cette communication. "J'étais en train de dormir quand on m'a rappelée après avoir passé ici 26 à 27 heures de débats. Comme la discussion de poursuivait, j'ai voulu trancher une bonne fois pour toutes, peut-être un peu trop."

La secrétaire d'Etat a retiré son tweet, en concertation avec le gouvernement. "Mon attitude ne mettra rien en péril. Ces vaccins viendront, l'argent est prévu. De la sorte, nous avions essayé de clarifier les choses afin qu'il n'y ait pas de panique sur le fait qu'il y a de l'argent ou pas", a-t-elle justifié précisant ne pas avoir la réponse sur les différences de prix affichés.

"Ce n'est pas un tableau définitif officiel", a-t-elle encore précisé. "C'est génial ! Remettez tout sur Twitter", a encouragé Raoul Hedebouw (PTB, opposition). "Pour nous, la réelle erreur, c'est d'avoir retiré ce message."

Après son collègue communiste, François De Smet (DéFI) a, de son côté, appelé à une réflexion plus large sur la dépendance des Etats aux entreprises pharmaceutiques. Interrogé par Maxime Prévot (cdH) sur le nombre de doses prévues pour le vaccin Curevac, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a) a précisé 2,9 millions, et non 5 comme le laissait entendre le tableau publié par Mme De Bleeker. 

Réaction de Pfizer : "Les pris des vaccins sont confidentiels"

Pfizer a confirmé vendredi que la secrétaire d'État au Budget Eva De Bleeker (Open Vld) avait brisé la clause de confidentialité avec son tweet sur les prix des vaccins contre la Covid-19. "Ces prix des vaccins sont confidentiels", a noté l'entreprise pharmaceutique.
 

Mme De Bleeker a admis, dans la soirée, avoir été "trop transparente, un impair de la part de l'équipe de communication".

"Ces prix sont couverts par une clause de confidentialité prévue dans le contrat avec la Commission européenne", a expliqué Elisabeth Schraepen, porte-parole de Pfizer Benelux. "Je peux le confirmer, mais nous ne ferons pas d'autres commentaires."

Réaction de l'organisation Pharma.be : "La fuite sur les prix des vaccins est une grave infraction à la clause de confiance"

L'organisation représentative du secteur pharmaceutique pharma.be s'inquiète de la fuite des prix européens des vaccins contre le coronavirus par la secrétaire d'Etat au Budget Eva De Bleeker. "Il s'agit d'une grave infraction à la clause de confiance dans les contrats entre la Commission européenne et les entreprises concernées", dit pharma.be dans un communiqué vendredi.

En révélant les prix dans un tweet, Mme De Bleeker nuit au gouvernement et aux consommateurs, selon pharma.be. "Le devoir de confidentialité garantit que les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas au courant des accords", a déclaré Caroline Van, CEO de pharma.be. "Cela donne aux gouvernements la possibilité de négocier de meilleures remises.

Lors des négociations avec la Commission européenne, des prix très raisonnables ont été négociés pour que tous les États membres européens qui le souhaitent puissent vacciner et dépister leur population", ajoute-t-elle.

L'organisation faîtière de plus de 130 sociétés pharmaceutiques belges explique que les différences de prix entre les vaccins disponibles peuvent s'expliquer par les différences de structure de coûts, non seulement en termes de recherche et développement, mais aussi de production et de logistique.

TOB • Belga

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: