Dossiers  >   Covid-19  >  L'effet de la température sur la persistance du SRAS-CoV-2 sur les surfaces communes.

L'effet de la température sur la persistance du SRAS-CoV-2 sur les surfaces communes.

MELBOURNE / SYDNEY - 13/10. Le virus qui cause le COVID-19 peut survivre sur les billets de banque, le verre et l'acier inoxydable jusqu'à 28 jours, bien plus longtemps que le virus de la grippe, ont déclaré lundi des chercheurs australiens, soulignant la nécessité de recourir à des nettoyages et lavages des mains fréquents.

Les résultats de l'étude réalisée par l'Australia's National Science Agency, CSIRO, semblent montrer que dans un environnement très contrôlé, le virus restait infectieux plus longtemps que ce que d'autres études avaient trouvé.

Les chercheurs du CSIRO ont découvert qu'à 20°C (68°F), le virus SARS-CoV-2 restait infectieux pendant 28 jours sur des surfaces non poreuses telles que les cartes bancaires et le verre des écrans des téléphones portables. L'étude a été publiée dans le Virology Journal.

Par comparaison, le virus de la grippe A survit sur les surfaces pendant 17 jours.

« Cela renforce vraiment l'importance de se laver les mains et de désinfecter lorsque cela est possible, et certainement d'essuyer les surfaces qui peuvent être en contact avec le virus, » a déclaré le chercheur principal de l'étude, Shane Riddell.

Paul Digard, un spécialiste de la virologie au Britain's Edinburgh University Roslin Institute, a déclaré qu'il était judicieux que les chercheurs aient mesuré le virus infectieux, pas seulement des fragments détectables de virus, mais a également ajouté qu'il était essentiel de se rappeler que l'infectiosité du virus se détériore avec le temps.

« Ainsi, la quantité de virus survivant à 28 jours est très faible et est donc beaucoup moins susceptible d'infecter quelqu'un, que les quantités plus élevées présentes lorsque le virus est déposé fraîchement sur la surface en question, » a-t-il déclaré dans un commentaire envoyé par e-mail.

L'étude impliquait le séchage du virus dans un mucus artificiel sur une gamme de surfaces à des concentrations similaires à celles d'échantillons de patients COVID-19, puis la récupération du virus après un mois.

Les expériences effectuées à 20, 30 et 40°C ont montré que le virus survivait plus longtemps à des températures plus froides, plus longtemps sur des surfaces non poreuses que sur des surfaces complexes telles que le coton, et plus longtemps sur des billets en papier que sur des cartes bancaires.

Toutes les expériences ont été menées dans l'obscurité pour éliminer l'impact de la lumière ultraviolette, car la recherche a montré que la lumière directe du soleil peut tuer le virus.

« Donc, dans le monde réel, les temps de survie seraient probablement plus courts que ce que nous avons pu montrer, » a déclaré Riddell à Reuters.

Les chercheurs ont déclaré qu'étant donné que les protéines et les graisses présentes dans les fluides corporels peuvent également augmenter considérablement les temps de survie du virus, leur étude peut aider à expliquer la persistance et la propagation apparentes du virus dans des environnements frais tels que les installations de conditionnement de viande.

The effect of temperature on persistence of SARS-CoV-2 on common surfaces

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: