Dossiers  >   Gestion hospitalière  >  Lorsque le silence vaut mieux que les mots (opinion)

Lorsque le silence vaut mieux que les mots (opinion)

Opinion

BRUXELLES 20/05 - Les images de la haie de déshonneur réservée par les soignants du CHU Saint-Pierre à la Première Ministre, Sophie Wilmes, ont fait le tour du monde.

Applaudies par les uns comme un symbole fort du désarroi profond qu'a connu un personnel soignant, non protégé et non entendu par un gouvernement trop éloigné du terrain, décriées par les autres comme indigne et inutilement provocateur, elles inspirent surtout la tristesse.

Tristesse d'un corps soignant qui s'est senti abandonné au plus profond de la crise, tristesse d'un gouvernement qui n'a pas su mesurer combien le gouffre entre réalité du terrain et idéal sanitaire était grand, tristesse d'une confiance rompue alors que c'est le système de soin de santé entier qui sombre encore un peu plus dans une crise déjà omniprésente avant l'apparition du Covid.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: