Dossiers  >   x Enquête éthique  >  La moitié des médecins signaleraient l’abus d'alcool, de drogue et la maladie d'un collègue (enquête, 4ème partie)

La moitié des médecins signaleraient l’abus d'alcool, de drogue et la maladie d'un collègue (enquête, 4ème partie)

Opinion

BRUXELLES 11/06 - Ce quatrième et dernier article sur notre enquête éthique se concentre sur les réactions des médecins lorsqu'ils ou elles remarquent que des problèmes d'alcool ou de drogue, ou même une maladie, interfèrent avec le travail clinique d'un(e) de leurs collègues.

Les médecins ne sont pas à l'abri des problèmes de dépendance. Bien qu'ils puissent parfaitement évaluer les dangers de l'alcool et de la drogue d'un point de vue rationnel et professionnel, les dépendances à ces substances font également des victimes auprès des médecins (généralistes). Il n'est pas rare que les médecins confrontés à ces problèmes continuent de travailler, et représentent ainsi un danger pour leurs patient(e)s.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: