Dossiers  >   Economie de la santé  >  La limitation du prix des appareils auditifs n'a que faiblement bénéficié aux patients

La limitation du prix des appareils auditifs n'a que faiblement bénéficié aux patients

BRUXELLES 19/11 - La réglementation fixant un prix maximum de distribution des appareils auditifs en Belgique "n'a que faiblement bénéficié aux utilisateurs", selon le troisième rapport trimestriel 2020 de l'Observatoire des prix du SPF Économie.

En 2014, le Gouvernement a décidé de réguler les prix des appareils auditifs, de manière similaire à ce qui était déjà fait pour les implants. Cet encadrement des prix porte sur la distribution en gros (d'un fournisseur à un détaillant).

Cependant, le prix à la consommation (du détaillant au consommateur) comprend aussi les honoraires de l'audicien, non soumis à cette réglementation. Or plus de 50% du prix final serait créé lors de cette phase d'intervention de l'audicien.

Dès lors, les prix à la consommation sont faiblement affectés par cette réglementation. S'ils ont légèrement diminué entre 2014 et 2016 (-1% par an), cette diminution s'observe également dans les pays voisins. En revanche, depuis 2017, les prix ont repris une tendance légèrement à la hausse (+0,8% par an).

Cette réglementation aurait par ailleurs diminué la rentabilité du principal distributeur en gros d'appareils auditifs, alors que les chaînes de magasins ont légèrement renforcé leur rentabilité entre 2012 et 2018.

 

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: