Dossiers  >   Covid-19  >  La vaccination du patient ex-COVID-19: une ou deux doses? Une réponse nous vient de PARIS…

La vaccination du patient ex-COVID-19: une ou deux doses? Une réponse nous vient de PARIS…

19/03 - L'auteur de cet article vous avait conté fin 2020 sous le titre "Saturation 80: comment le virus m'a rattrapé" son épisode de Covid-19 sévère. Aujourd'hui comme d'autres ex-Covid-19, il se pose la question de l'utilité d'une 2ème injection du vaccin. Une étude israélienne et une étude américaine PARIS (Protection Associated for Rapid Immunity to Sars-CoV-2) publiée dans le NEJM, alimentent la réflexion scientifique. Côté autorités, plusieurs pays dont la France par la voie de la Haute Autorité de Santé recommandent une seule injection. Chez nous, les 2 injections prévalent sans discussion. Quels sont les arguments dont on dispose pour décider? L'enjeu est important pour le patient et pour la santé publique avec à la clé une économie significative de doses qui serait bienvenue par ces temps de disette vaccinale…

La question de la vaccination à une ou deux doses du patient ex-COVID-19 préoccupe depuis plusieurs semaines, en termes de niveau d'immunité à atteindre et d'effets secondaires potentiels, mais aussi en terme de santé publique par le fait que n'utiliser qu'une seule dose permettrait d'attribuer la deuxième à une autre personne. C'est loin d'être une vue de l'esprit quand on lit le bulletin de Sciensano en date du 17 mars, rapportant qu'un peu plus de 800.000 Belges ont fait un Covid-19, ce qui reviendrait en théorie à économiser 400.000 doses si les données actuelles étaient consolidées, un cadeau du ciel!  Mais revenons d'abord sur terre et analysons les données dont nous disposons.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: