Dossiers  >   Hypertension  >  La restriction en sel pourrait-elle être délétère ?

La restriction en sel pourrait-elle être délétère ?

15/04 - La restriction de sodium est l'une des recommandations diététiques les plus courantes faites par les médecins. Mais il n'y a pas de consensus sur la limite à atteindre et sur la question de savoir si restreindre le sel pourrait s’avérer délétère.

Lorsque nos ancêtres lointains ont quitté l'environnement salé de la mer pour la terre ferme, le fardeau de la conservation du sel et de l'eau est tombé sur les reins. « La conservation tenace du sel est l'une des fonctions les plus primitives - sinon la plus primitive - du rein vertébré, » a écrit Homer W. Smith dans From Fish to Philosopher.

Au fil du temps, les habitudes alimentaires ont changé, et dans l'environnement américain actuel le sel ne manque pas. Une enquête représentative à l'échelle nationale a rapporté un apport alimentaire en sodium de plus de 3.600 mg par jour chez les adultes américains. Si les grandes sociétés scientifiques sont unies pour nous demander de réduire notre consommation de sel, elles diffèrent généralement en ce qui concerne les seuils de sodium. Par exemple, le CDC conseille une limite quotidienne de 2.300 mg de sodium, l'AHA la réduit à 1.500 mg et l'OMS se situe au milieu, à 2.000 mg/jour.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: