Dossiers  >   BPCO & Asthme  >  L'exposition aux moisissures augmente le risque d’exacerbations de BPCO

L'exposition aux moisissures augmente le risque d’exacerbations de BPCO

23/08 - L'exposition environnementale aux moisissures a des effets néfastes sur les personnes souffrant de maladies pulmonaires. Cette association a été bien documentée chez l’asthmatique, les preuves étant moins nombreuses pour les autres maladies pulmonaires chroniques. L'aspergillose pulmonaire chronique (APC) est une maladie débilitante à évolution lente qui touche principalement les patients atteints de maladies pulmonaires chroniques telle que la BPCO. Si elle n'est pas diagnostiquée et traitée, elle peut progresser et entraîner une mauvaise qualité de vie.

Des chercheurs de l'Université de Manchester au Royaume-Uni ont récemment décrit l'effet de l'exposition fongique intérieure, extérieure et professionnelle sur les résultats de la BPCO. Ils ont recruté 140 patients atteints de BPCO et les ont invités à remplir un questionnaire qui incluait des questions relatives à leur exposition aux moisissures. 

Les participants, dont 54% étaient de sexe masculin, étaient âgés en moyenne de 66,9 ans, et avaient reçu un diagnostic de BPCO en moyenne depuis 11,5 ans. Le VEMS moyen correspondait à 66,5% de la valeur prédite. Au cours des 12 mois précédents, 87% des participants avaient consulté leur médecin généraliste pour des problèmes respiratoires, 81% avaient reçu des antibiotiques pour une infection pulmonaire, 32% avaient été admis aux urgences, et 18% avaient été hospitalisés. Soixante patients BPCO (43%) avaient également reçu un diagnostic d'APC.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: