Dossiers  >   Gestion hospitalière  >  « La vaccination obligatoire contre la Covid-19, un ‘ticket d'entrée’ pour travailler dans le secteur de la santé » (interview d'un directeur médical)

« La vaccination obligatoire contre la Covid-19, un ‘ticket d'entrée’ pour travailler dans le secteur de la santé » (interview d'un directeur médical)

BRUXELLES 19/08 - Au vu des chiffres affligeants de la vaccination à Bruxelles, le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) propose désormais d'introduire une vaccination Covid-19 obligatoire pour le personnel de santé. Il répond, ce faisant, aux nombreux appels du secteur. « Nous avons déjà entamé le travail juridique, » a-t-il déclaré lundi dans le cadre de l’émission Terzake.

Entretien avec le Dr Kenneth Coenye, directeur médical de la clinique Saint-Jean

« Enfin, » réagit le Dr. Coenye, « Frank Vandenbroucke rencontre ici notre demande explicite d'il y a quelques mois. Nous sommes convaincus qu'une vaccination obligatoire contre la Covid-19 est le seul moyen d'atteindre un taux de vaccination élevé (90-95%) dans l'ensemble du personnel de santé (hôpitaux, maisons de repos et de soins, ou autres). En Flandre, la couverture vaccinale est élevée, mais la Wallonie et surtout Bruxelles sont à la traîne. Le ministre a également annoncé que les travaux juridiques étaient déjà entamés. Mais il faudra peut-être attendre trois mois avant que tout ne soit légalement en ordre. Je peux le comprendre mais j'espère néanmoins qu'ils vont accélérer les choses. Il y a déjà une jurisprudence (la vaccination obligatoire contre l'hépatite B), et personne ne s'y est jamais opposé. »

Personnellement, je crois que le pourcentage de refus de vaccination sera relativement faible, au bout du compte. 

Mais que faire du personnel de santé qui travaille depuis longtemps dans un hôpital ou une maison de repos, et qui refuse malgré tout de se faire vacciner ? « Je pense qu'en la matière, nous devrons attendre l'avis des juristes. Personnellement, je crois que le pourcentage de refus sera relativement faible, au bout du compte. Les employeurs devront réagir de manière appropriée. La France a instauré des règles et des sanctions strictes. Je ne pense pas que nous nous dirigions vers une telle situation. »

La vaccination généralisée, pas uniquement pour le personnel de santé

« J'entends dire de certains responsables de maisons de repos qu'ils craignaient de perdre des soignants lorsque la vaccination Covid-19 deviendra obligatoire. Je ne partage pas cette crainte. Si l'obligation est généralisée et s'applique également au secteur domestique, les départs ne seront pas très importants. En effet, les personnes refusant le vaccin n'auront alors plus la possibilité de rester dans le secteur des soins ; elles seront obligées de se réorienter. Je suis en faveur de la vaccination obligatoire contre la Covid-19 pour tous les travailleurs de la santé. Pour moi, cela devrait devenir un ‘ticket d'entrée' pour les soins de santé, tout comme l'hépatite B. »

Les hôpitaux bruxellois connaissent une forte augmentation de cas

Dans l'ensemble des hôpitaux bruxellois, 163 personnes sont actuellement hospitalisées pour coronavirus, et 53 patients Covid se trouvent en unité de soins intensifs. En pourcentage, ce chiffre est légèrement plus élevé que pour l'ensemble de la Belgique. Le réseau Iris constate une forte augmentation du nombre d'hospitalisations, avec deux unités de soins intensifs remplies pour moitié par des patients Covid. « La situation devient à nouveau préoccupante, » estiment les hôpitaux du groupe Iris.

L'UZ Brussel a vu le nombre d'admissions augmenter la semaine dernière, mais ce chiffre est à nouveau en baisse, avec 17 cas de coronavirus parmi les hospitalisés, dont trois en soins intensifs. On constate une tendance claire dans le statut vaccinal des patients. « Par exemple, la semaine dernière, dans le service Covid, les patients étaient quasi exclusivement des personnes non vaccinées. Il arrive également que nous ayons des patients qui n'ont reçu qu'une seule injection, mais nous voyons peu de patients Covid qui sont entièrement vaccinés, » déclare la porte-parole Karolien De Prez.

À la clinique Saint-Jean, le nombre de patients Covid est actuellement au même niveau qu'à la fin du mois d'août de l'année dernière. Tout comme à l'UZ Brussel, les patients admis pour Covid ne sont, pour la plupart, pas (complètement) vaccinés. Dans la grande majorité des cas, il s'agit d'une infection au variant delta, qui représente 96% de tous les nouveaux cas en Belgique.

C'est pourquoi le Dr Coenye, CMO, continue à plaider pour une vaccination obligatoire généralisée contre la Covid-19, pour tous les citoyens et pas uniquement pour le personnel de santé. « Cela contribuera également à mettre un terme aux certificats Covid et aux tickets Covid-Safe. Quant à une éventuelle troisième dose, je pense qu'il serait utile de déterminer la sérologie chez certaines personnes à risque et de procéder à une nouvelle vaccination si le taux d'anticorps est trop faible. » 

Si l'on analyse tous les lits de soins intensifs reconnus à Bruxelles, on constate que 25% d'entre eux ne sont pas accessibles en raison d'un manque de personnel. 

 

Publier des chiffres sur la couverture vaccinale dans tous les hôpitaux

Publier le degré de vaccination par établissement de soins : pour le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit), c'est l'un des derniers moyens d'obtenir les 90% souhaités de vaccination du personnel de santé. Dr Coenye : « Personnellement, je n'y suis pas favorable, je n'en vois pas la valeur ajoutée. Une telle initiative ne convaincra pas les réfractaires au vaccin. Le fait que certains hôpitaux ou maisons de repos soient mis au pilori en cas de mauvais chiffres n'aidera pas non plus. Je pense qu'une obligation vaccinale rapide pour l'ensemble du personnel soignant est la seule façon de sortir de cette impasse. »

Le personnel de santé est épuisé et la fin du tunnel n'est pas encore en vue

« Un certain hôpital bruxellois connaît un taux d'absentéisme du personnel soignant de 35%, et ce en raison de trois facteurs. Tout d'abord, des maladies de longue durée et des burnout ; ensuite, des vacances ; et enfin, la quarantaine obligatoire après un retour de zone rouge. Cette quarantaine est encore actuellement de dix jours, même pour celles et ceux qui sont entièrement vaccinés. Cela augmente la pression sur les hôpitaux. »

« Si l'on analyse tous les lits de soins intensifs reconnus à Bruxelles, on constate que 25% d'entre eux ne sont pas accessibles en raison d'un manque de personnel. J'ai moi-même entamé un projet de recherche doctorale sur la résilience psychologique du personnel soignant. Nous devons travailler de manière plus structurelle sur la prévention du burnout et sur le renforcement de la résilience de nos collaborateurs. »

Et demain ?

« D'ici 2022, je m'attends à une vaccination obligatoire générale contre la Covid-19 pour le personnel de santé, ce qui tuera dans l'œuf la transmission du virus. La Covid deviendra, je crois, un phénomène annuel avec lequel nous devrons apprendre à composer, tout comme la grippe qui provoque entre 5.000 et 10.000 hospitalisations par saison, parmi lesquelles on compte jusqu'à 10% de décès... »

A propos

Dr Kenneth Coenye, directeur médical de la clinique Saint-Jean.

Interview réalisée par Sabine Verschelde, senior editorial manager.

Sabine Verschelde • MediQuality

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: