Dossiers  >   Economie de la santé  >  À partir du 15 septembre, la prescription peut se faire sans preuve papier : réaction du CBIP

À partir du 15 septembre, la prescription peut se faire sans preuve papier : réaction du CBIP

BRUXELLES 31/08 - La fin de l’obligation de la preuve papier pour prescrire et délivrer des médicaments s'inscrit dans le cadre de la poursuite de la numérisation de la médecine. Une telle évolution n'est cependant pas possible pour tous les patients.

Jusqu'à présent, le prescripteur était obligé d'imprimer une preuve papier de la prescription électronique et de la remettre au patient. Ce ne sera plus le cas à partir du 15 septembre. Il sera alors possible de prescrire des médicaments sans preuve papier de prescription électronique [voir le site web de l'INAMI].

Dans un premier temps, une preuve papier sera fournie par défaut, à moins que le patient déclare explicitement qu'il prendra en charge la gestion de la prescription de manière numérique (au moyen d'une appli, d'une application web, d'un document numérique). A l'heure actuelle, il est déjà possible de délivrer un médicament en pharmacie sans utiliser de preuve papier de prescription électronique. À partir du 15 septembre, le pharmacien aura une possibilité supplémentaire pour délivrer des médicaments sans preuve papier: en utilisant la carte d'identité électronique (eID) [PDF, site web de l'INAMI].
 
En l'absence de preuve papier de prescription électronique, le pharmacien peut consulter les prescriptions électroniques disponibles dans Recip-e et délivrer les médicaments:

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: