Dossiers  >   Vaccins  >  Le scepticisme face au vaccin anti-HPV : l'exemple chiffré du Danemark

Le scepticisme face au vaccin anti-HPV : l'exemple chiffré du Danemark

11/09 - Plus de 80 % des jeunes filles danoises éligibles ont été entièrement vaccinées lorsque le vaccin contre le HPV a été introduit en 2009. En 2013, cependant, des médias ont commencé à rapporter des histoires personnelles de filles et de jeunes femmes qui ont présenté des symptômes non spécifiques après leur vaccination contre le HPV. Deux ans plus tard, la télévision nationale diffusait un documentaire suggérant une relation de cause à effet entre les symptômes rapportés et le vaccin. Immédiatement après, les autorités locales ont remarqué une forte baisse de l'adhésion à cette vaccination alors que rien ne prouvait sa dangerosité.

Cette situation était unique parmi les pays nordiques mais d'autres pays, comme l'Irlande, la France, la Roumanie, la Colombie et le Japon ont connu un phénomène similaire. Les professionnels de la santé danois ont tenté de réaffirmer l'innocuité du vaccin en s'appuyant sur les faits, mais sans réussir à rétablir l'adhésion du public. Les autorités sanitaires ont donc invité l'Association médicale danoise et la Société danoise du cancer à lancer une nouvelle campagne d'information. Mais la méfiance à l'égard des vaccins correspond à un fossé grandissant entre les experts et les citoyens, comme il s'en observe un avec le monde politique en général. Au Danemark, les médecins, les chercheurs et les autorités sanitaires qui ont essayé de communiquer en se basant sur les faits étaient souvent perçus comme des personnes arrogantes. En 2016, les parents danois craignaient encore que les méfaits potentiels induits par la vaccination soient pires que la maladie qu'elle est sensée prévenir. Finalement, ce dont ils avaient besoin pour atténuer leur inquiétude était une communication plutôt basée sur l'émotion, combinant des histoires personnelles sur le cancer du col utérin et les données objectives sur le vaccin.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: