Dossiers  >   Vaccins  >  Adolescence, image de soi et résistance vaccinale: des liens à creuser

Adolescence, image de soi et résistance vaccinale: des liens à creuser

23/11 - La pandémie de Covid-19 a exacerbé un phénomène qu'on espérait marginal et voué progressivement à la disparition, à savoir le vaccinoscepticisme, qui touche de nombreux vaccins suggérés au public ou obligatoires pour les enfants. Comme si cela ne suffisait pas, un autre phénomène s'est révélé de façon aiguë bien que moins facilement cernée : la vaccinorésistance. Elle se rencontre notamment chez des personnes qui ont peur des injections, voire du monde médical en général. Mais un autre facteur semble à considérer : l'image de soi, et plus précisément celle de son propre corps. Des auteurs viennent d'étudier ce problème chez l'adolescent.

Une équipe de chercheurs a réalisé la première étude (1) qui visait à vérifier une relation éventuelle entre le niveau d'appréciation corporelle chez des étudiants chinois et leur volonté exprimée de se faire vacciner ou pas contre la Covid-19 à l'avenir. Ils ont ainsi constaté, sur base du questionnaire BAS-2 (2), que les étudiants chinois désireux de se faire vacciner présentaient des scores d'appréciation globale de leur corps très significativement plus élevés que ceux qui n'étaient pas disposés à se faire vacciner (3,61 contre 3,34; OR : 1,25; IC 95% : 1,112-1,406; p < 0,001), même après avoir contrôlé les chiffres pour plusieurs facteurs dont il a été largement démontré qu'ils étaient associés à l'acceptation de la vaccination anti-Covid, comme les connaissances relatives aux vaccins disponibles, le lieu de résidence et le domaine des études suivies par ces jeunes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: