Dossiers  >   Gestion hospitalière  >  Ce que la quatrième vague représente pour la chirurgie abdominale à la Jessaziekenhuis (interview)

Ce que la quatrième vague représente pour la chirurgie abdominale à la Jessaziekenhuis (interview)

BRUXELLES 30/11 - Interview du Dr Bart Appeltans, chirurgien oncologue et chef du service de chirurgie générale et abdominale à la Jessaziekenhuis de Hasselt, l'un des deux grands hôpitaux régionaux du Limbourg. « Depuis le début de la pandémie, nous avons connu des vagues importantes, en particulier la première et la deuxième qui ont été plus lourdes que la moyenne dans notre hôpital. Mais cette quatrième vague est de trop. »

Dr Bart Appeltans, chirurgien oncologue et chef du service de chirurgie générale et abdominale, Jessaziekenhuis, Hasselt.
Dr Bart Appeltans, chirurgien oncologue et chef du service de chirurgie générale et abdominale, Jessaziekenhuis, Hasselt.

Davantage d'absences aiguës

« Cette semaine, nous en sommes à 77 admissions pour Covid de manière générale, c'est-à-dire en soins intensifs ou non. Ce chiffre est presque aussi élevé que lors de la deuxième vague, où nous étions à 83. Il est même possible que nous ayons atteint ce pic aujourd'hui. La moitié des lits de soins intensifs sont désormais réservés aux patients Covid, l'autre moitié restant disponible pour d'autres pathologies.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: