Dossiers  >   Santé masculine  >  « Gênés » d’aborder la dysfonction érectile avec leur médecin de famille

« Gênés » d’aborder la dysfonction érectile avec leur médecin de famille

06/12 - Les médecins généralistes sont parfaitement à même d’assurer la prise en charge et le suivi des patients confrontés à un trouble érectile et de les référer à un autre acteur si nécessaire… mais une étude réalisée au Danemark révèle que deux tiers des patients sont gênés de leur en parler. Il semble en outre que ce sentiment de honte soit lié à des facteurs socio-économiques et que les hommes d’un certain âge et d’un certain niveau d’éducation aient moins de mal à se confier.

Il ne fait aucun doute que la dysfonction érectile reste entourée d'un certain tabou. Suivant les études, jusqu'à un cinquième des hommes y seraient confrontés peu ou prou, et ce chiffre augmenterait encore avec l'âge… alors même que des traitements efficaces existent. Pourquoi donc ces patients ne se font-ils pas aider? Il peut sans doute arriver qu'ils n'accordent plus guère d'importance au sexe et ne consultent donc pas tout simplement parce que ce problème ne les dérange pas plus que cela. Un groupe conséquent est toutefois demandeur de solutions, mais hésite pour des raisons diverses à solliciter le médecin de famille… et il semble que les caractéristiques socio-économiques individuelles puissent avoir un rôle à jouer sur ce plan. Une équipe danoise a voulu les répertorier.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: