Dossiers  >   Prévention cardio-vasculaire  >  Délaissée et souvent oubliée : la gestion du risque cardiovasculaire chez les patients psychiatriques

Délaissée et souvent oubliée : la gestion du risque cardiovasculaire chez les patients psychiatriques

Opinion

BRUXELLES 11/04 - En moyenne, les patients psychiatriques décèdent 10 à 20 ans plus tôt que les patients de la population générale. Le médecin généraliste peut faire la différence en programmant de manière proactive un examen somatique pour évaluer le risque global (notamment cardiovasculaire) et pour détecter certaines affections. Voici comment procéder.

Dr Sebastien Vermeulen
Dr Sebastien Vermeulen

Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité chez les patients souffrant de troubles mentaux sévères telles que le trouble bipolaire, la schizophrénie, la dépression, les troubles anxieux, les troubles de la personnalité et le trouble schizo-affectif. En outre, les maladies respiratoires (telles que la BPCO), les maladies infectieuses (hépatite B, hépatite C, VIH, tuberculose) et le suicide sont d'autres causes importantes de décès prématuré.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

MediQuality offre à ses membres la possibilité de s'exprimer concernant des sujets médicaux et/ou d'actualité. Ces opinions reflètent l'avis personnel de leur(s) auteur(s) et n'engagent qu'eux.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: