Dossiers  >   Polyarthrite rhumatoïde  >  Tolérance et sécurité d'emploi des iJAK dans la PR : près de 10.000 patients suivis

Tolérance et sécurité d'emploi des iJAK dans la PR : près de 10.000 patients suivis

Une analyse poolée de 16 registres nationaux incluant des patients avec une polyarthrite rhumatoïde en Europe, au Canada, en Turquie et en Israël, documente la tolérance et la sécurité d'emploi des inhibiteurs de Janus kinases (iJAK). L'incidence des arrêts de traitement pour effets secondaires a été comparée à celles des anti-TNF et des bDMARDs agissant par d'autres modes d'actions. L'étude s'appelle JAK-pot et porte bien son nom !

Les inhibiteurs de JAK (iJAK) suivent aujourd'hui une trajectoire ascendante dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR). Des études cliniques comme FINCH 3 (patients naïfs de MTX), FINCH 1 (patients résistants / intolérants au MTX) et FINCH 2 (patients résistants / intolérants aux bDMARDs) ont montré l'efficacité et la sécurité d'emploi. Aujourd'hui ces aspects de tolérance et de sécurité d'emploi reviennent à l'ordre du jour avec la publication de la "Oral Surveillance Study" et dans ce contexte, cette analyse poolée tombe à pic avec des informations en vie réelle.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: