Dossiers  >   Covid-19  >  Le Covid long, un risque qui s’est atténué

Le Covid long, un risque qui s’est atténué

Le risque de Covid long est bien moins élevé avec le variant Omicron qu’il ne l’était avec les premiers variants, confirme une étude allemande publiée dans l’International Journal of Infectious Diseases. Le fait d’avoir déjà été infecté aurait un effet protecteur.

Fatigue, maux de tête persistants, difficultés de concentration, diarrhées… nombreuses sont les personnes à avoir gardé des séquelles d'un Covid-19, trois mois après l'infection. Alors que les causes du ‘Covid long' demeurent mal connues, l'étude publiée par l'équipe de Rafael Mikolajczyk, épidémiologiste à l'université Martin-Luther de Halle-Wittenberg (Allemagne), confirme que ce risque de complications post-Covid s'est atténué au fil de la pandémie, selon les divers variants qui se sont succédés depuis 2020 (1).

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: