Dossiers  >   Covid-19  >  Covid-19 - De nouvelles études suggèrent qu'Omicron touche moins les poumons

Covid-19 - De nouvelles études suggèrent qu'Omicron touche moins les poumons

NEW YORK 03/01 De nouvelles études sur des animaux de laboratoire et des tissus humains tendent à montrer que le variant Omicron du coronavirus touche moins les poumons, ce qui confirmerait le caractère moins agressif qu'on lui prête, indique The New York Times.

 Des tests menés sur des souris et des hamsters ont montré qu'Omicron provoquait des infections moins graves, souvent limitées aux voies respiratoires supérieures (nez, gorge, trachée). Le variant a été beaucoup moins nocif pour les poumons, alors que des variants précédents provoquaient souvent des lésions et des complications respiratoires graves. "On peut dire que l'idée d'une maladie qui se manifeste principalement dans le système respiratoire supérieur est en train d'émerger", a commenté Roland Eils, bio-informaticien à l'Institut de la santé de Berlin.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: