Dossiers  >   Covid-19  >  Covid-19 : Moins de nouveaux patients ont pris des médicaments contre l'hypertension, le diabète, les maladies respiratoires et le TDAH

Covid-19 : Moins de nouveaux patients ont pris des médicaments contre l'hypertension, le diabète, les maladies respiratoires et le TDAH

BRUXELLES 03/02 - Pendant le premier confinement en 2020, la plupart des soins non urgents et routiniers ont été suspendus. Cette mesure s’est répercutée sur la consommation de médicaments. Il ressort d’une étude de l’Agence Intermutualiste (AIM) qu’en 2020, moins de patients que l’année précédente ont commencé à prendre des médicaments pour le traitement de certaines affections, telles que l’hypertension ou le diabète. Cela signifie que certaines de ces affections, habituellement détectées lors d’examens de routine, n’ont ni été détectées ni fait l’objet d’une prise en charge médicamenteuse.

Dans son étude, l'AIM a choisi de se pencher sur la consommation de quatre groupes de médicaments bien définis, à savoir les médicaments visant à traiter l'hypertension, le diabète, les affections respiratoires et les troubles de l'attention. Les chercheurs ont analysé dans quelle mesure la crise du coronavirus a conduit les patients à entamer un traitement médicamenteux ou à l'arrêter, et ont examiné si elle a eu un effet sur l'observance thérapeutique.

La diminution, par rapport à 2019, du nombre de personnes ayant commencé à consommer des médicaments issus de l'ensemble des groupes étudiés constitue le résultat le plus important de cette étude. Cette forte diminution est principalement due à l'annonce de confinement par le gouvernement à la mi-mars. Une fois les mesures assouplies en mai 2020, ce chiffre a recommencé à augmenter pour atteindre le niveau de l'année précédente, mais il n'y a pas eu de mouvement de rattrapage. Par conséquent, un certain nombre d'affections chroniques n'a pu être détecté.

Du côté des bonnes nouvelles, les chercheurs ont constaté que le taux d'observance thérapeutique de 2020 était resté sensiblement le même qu'en 2019. La grande majorité des consommateurs réguliers a continué à se rendre en pharmacie comme auparavant.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: