Dossiers  >   Hospital Management  >  Soins intensifs : "Nous avons des lits, mais pas les mains pour fournir les soins" (Vandenbroucke)

Deze pagina bevat een artikel dat niet beschikbaar is in uw taal


Soins intensifs : "Nous avons des lits, mais pas les mains pour fournir les soins" (Vandenbroucke)

BRUXELLES 22/04 - La situation actuelle au sein des hôpitaux nous apprend que les infrastructures ou la logistique ne sont pas tant un obstacle. C'est une pénurie de main-d'œuvre qui fait que les hôpitaux aujourd'hui ne peuvent pas réaliser la phase 2A de façon complète. Les vagues répétées et la longue phase de plateau, avec tout l'impact d'épuisement et aussi l'absentéisme du personnel rendent extrêmement difficile cette augmentation de la capacité dans les unités de soins intensifs.

Wilt u de rest van dit artikel lezen?

Registreer gratis om toegang te krijgen tot de volledige inhoud van MediQuality op al uw schermen

Om veiligheidsredenen is uw browser niet compatibel met onze site

We raden u aan een van de volgende browsers te gebruiken: