Dossiers  >   Hospital Management  >  Obligation vaccinale des soignants : les employeurs veulent pouvoir rompre le contrat des réfractaires

Deze pagina bevat een artikel dat niet beschikbaar is in uw taal


Obligation vaccinale des soignants : les employeurs veulent pouvoir rompre le contrat des réfractaires

BRUXELLES 20/10 - Dans un avis rendu par le Conseil national du travail, les employeurs demandent des sanctions lourdes pour le personnel de santé qui refuserait le vaccin contre le Covid-19, rapporte L'Echo mercredi.

Une période transitoire sera prévue

Selon le schéma proposé par les employeurs, il est question d'abord d'une période transitoire de deux à trois mois, une fois l'obligation vaccinale inscrite dans la législation, durant laquelle le personnel non vacciné pourrait recourir à des tests.

Ensuite, pour ceux qui refuseraient toujours le vaccin, il y aurait suspension de la collaboration sans rémunération ni salaire, durant une période qui pourrait aller jusqu'à six mois. À l'issue de ce délai, on passerait à une sanction plus lourde encore. "Il pourrait s'agir d'un motif pour une rupture du contrat", estiment les représentants des employeurs au Conseil national du travail.

Wilt u de rest van dit artikel lezen?

Registreer gratis om toegang te krijgen tot de volledige inhoud van MediQuality op al uw schermen

Om veiligheidsredenen is uw browser niet compatibel met onze site

We raden u aan een van de volgende browsers te gebruiken: