Congrès  >   ASCO 2021  >  Carcinome urothélial métastatique: le pembrolizumab bénéfique en deuxième ligne (ASCO 2021)

Carcinome urothélial métastatique: le pembrolizumab bénéfique en deuxième ligne (ASCO 2021)

07/06 - Les données actualisées à 5 ans de l'étude Keynote-45 présentées à cet ASCO 2021 confirment qu'une immunothérapie en deuxième ligne améliore plus la survie globale que la chimiothérapie chez les patients avec un carcinome urothélial métastatique. Le bénéfice est aussi présent dans l'ensemble des sous-groupes à commencer par les patients qui présentent une expression de PD-L1 < 10% et aussi indépendamment du protocole de chimiothérapie antérieure.

La littérature montre que les taux de survie sont bas dans le cancer urothélial (CU) en progression après chimiothérapie à base de Pt. Pour ces patients, une immunothérapie est une option validée. L'étude Keynote-045 de phase III a initialement montré à 2 et 3 ans, un bénéfice significatif en terme de survie globale sous pembrolizumab avec peu d'effets secondaires, chez 542 patients présentant un CU histologiquement ou cytologiquement confirmé, en progression pendant ou après une chimiothérapie à base de platine. Les patients avaient un statut ECOG PS 0-2, une maladie mesurable selon RECIST v1.1 et ≤ 2 lignes de thérapie systémique préalable. Ils ont été randomisés pour recevoir soit le pembrolizumab chaque 3 semaines (jusqu'à 2 ans) ou le choix du clinicien entre le paclitaxel 175 mg/m² chaque 3 semaines, le docetaxel 75 mg/m² chaque 3 semaines ou la venflunine 320 mg/m² chaque 3 semaines. Les données actualisées à 5 ans viennent d'être présentées à l'ASCO 2021 (1). 

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: