Congrès  >   EACS 2021  >  Acceptation par le patient du traitement injectable à action prolongée à base de cabotégravir et de rilpivirine (EACS 2021)

Acceptation par le patient du traitement injectable à action prolongée à base de cabotégravir et de rilpivirine (EACS 2021)

22/11 - L’association entre le cabotégravir et la rilpivirine (CAB/RPV) est le premier régime injectable complet à action prolongée (LA), administré tous les mois ou tous les deux mois, pour le maintien de la suppression virologique chez les personnes vivant avec le VIH-1. Ce nouveau paradigme de prise en charge permet de relever certains défis associés à la thérapie antirétrovirale orale quotidienne, dont le rappel fréquent de la maladie. Quel est le point de vue des patients par rapport à ce nouveau traitement? Les données intermédiaires de l’étude CARISEL répondent à cette question.

L'essai CARISEL a été mené chez des patients virologiquement supprimés, recrutés dans 18 cliniques européennes pour recevoir des injections de CAB/RPV LA tous les 2 mois. L'analyse intermédiaire porte sur les données d'enquêtes menées auprès des patients avant l'administration de la première et de la troisième injection (respectivement, Mois 1 et 4), pour évaluer l'acceptation, l'adéquation et la faisabilité du régime CAB/RPV LA. Les chercheurs ont également mesuré la satisfaction par rapport au traitement (HIV Treatment Satisfaction Questionnaire (HIVTSQ)) mesurée au 1er jour (traitement antirétroviral préalable), et après 1 et 4 mois. Enfin, des données sur le temps passé en clinique pour recevoir l'injection ont également été recueillies aux mois 1, 2 et 6.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: