Dossiers  >   Economie de la santé  >  COVID-19: Un oubli coûte temporairement 2,5 millions de vaccins à la Belgique

COVID-19: Un oubli coûte temporairement 2,5 millions de vaccins à la Belgique

BRUXELLES 20/01 - A cause d'une signature manquante, la Belgique est temporairement passée à côté de 2,5 millions de vaccins BioNTech/Pfizer contre le coronavirus, écrit mercredi le magazine Knack. Le problème a depuis été résolu et les doses ont été récupérées, mais le dossier est fâcheux pour l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS).

Mi-novembre, la Commission européenne et les États membres de l'Union européenne ont acheté 200 millions de vaccins à l'alliance germano-américaine BioNTech/Pfizer. La Belgique a participé à cet achat et, selon la clé de répartition européenne, devait recevoir environ 5 millions de doses afin de vacciner 2,5 millions de personnes.

Près d'un mois plus tard, le 15 décembre, la Commission a annoncé une option d'achat supplémentaire de 100 millions de vaccins. Xavier De Cuyper, patron de l'AFMPS et responsable des achats belges de vaccins dans l'Union européenne, a signalé que la Belgique souhaitait y participer.

Mais selon les informations de Knack, l'AFMPS a oublié de signer le document de participation dans les temps, annulant l'opportunité de bénéficier de ces 2,5 millions de vaccins supplémentaires. Alors que le rythme de livraison était remis en question, cette erreur menaçait la Belgique d'une pénurie de doses, analyse l'hebdomadaire.

Le dossier est devenu prioritaire et a atterri sur le bureau du Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld).

Heureusement, début janvier, la Commission européenne a négocié avec BioNTech/Pfizer une nouvelle commande de 200 millions de vaccins, toujours avec une option d'achat de 100 millions de doses supplémentaires. Xavier De Cuyper a alors tenté de récupérer les vaccins "perdus", avec succès. La Belgique a pu récupérer les 2,5 millions de doses supplémentaires dans le cadre de la nouvelle commande.

Selon le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a), la "perte" due à l'incident de décembre est corrigée et ne compromet donc pas le calendrier des vaccinations. "Nous avons résolu le problème et la Belgique est de retour dans le train européen. Il n'y a aucun impact pour notre pays sur le nombre de vaccins, ni sur le calendrier de livraison", précise-t-il dans une réaction au magazine Knack.

Ce n'est pas la première fois que l'AFMPS est critiquée ces derniers temps. Suite aux rapports de Knack et Le Vif, le parquet a ouvert en juillet une enquête à l'encontre de Hugues Malonne, qui fait partie du comité de direction de l'AFMPS. Il y aurait eu des conflits d'intérêts. "Nous incluons ces différents éléments dans l'évaluation de l'AFMPS", a déclaré M. Vandenbroucke.

Réaction de l'AFMPS:
 
La Belgique (et la Pologne) ont en effet reçu une demande en décembre pour manifester leur intérêt pour une éventuelle option d'achat supplémentaire de vaccins, mais leur réponse n'a pas été reçue dans les délais impartis. L'AFMPS ne souhaite pas se prononcer davantage à ce sujet. Dans l'intervalle, il y a eu un achat supplémentaire de vaccins et il a été décidé que la Belgique (et la Pologne) seraient prioritaires lors de la distribution de ceux-ci. "Nous pouvons donc conclure que les vaccins demandés seront livrés dans les délais convenus", a déclaré la porte-parole Ann Eekchout.

VRW, sv • Belga, MediQuality

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: