Dossiers  >   Maladies Inflammatoires Chroniques de l'Intestin (IBD)  >  Le régime méditerranéen a un impact sur les MICI

Le régime méditerranéen a un impact sur les MICI

03/05 - Malgré le nombre croissant de nouveaux médicaments disponibles pour le traitement des MICI, une rémission clinique n'est obtenue que chez moins de la moitié des patients et une perte de réponse chez les patients initialement réactifs s'observe souvent au fil du temps, avec un impact négatif sur la progression de la maladie et la qualité de vie des patients. Le rôle de l'alimentation est, en pratique, souvent sous-estimé dans le cadre d'une MICI en dehors du retentissement direct sur la symptomatologie.

Pourtant, la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) et la mauvaise hygiène alimentaire associée à un excès pondéral ou à une obésité sont des états connus pour être associés aux maladies inflammatoires de l'intestin (MICI). Le dysfonctionnement hépatique lié à la NAFLD et le tissu adipeux viscéral (source importante de cytokines pro-inflammatoires) peuvent tous deux favoriser ou aggraver l'inflammation intestinale.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: