Dossiers  >   Migraine  >  Migraine et pandémie en Italie: une vague n’est pas l’autre

Migraine et pandémie en Italie: une vague n’est pas l’autre

17/05 - « La pandémie semble avoir eu un effet négatif sur l’évolution de la migraine ; au cours de la seconde vague, la restriction des soins médicaux a notamment réduit le nombre de consultations de suivi. Plus largement, les conséquences de la crise à plus long terme appellent une gestion plus efficace des maladies chroniques afin de garder les coûts socio-sanitaires dans les limites du raisonnable. »

C'est la conclusion d'une équipe italienne qui s'est penchée sur l'impact de la seconde vague de la pandémie sur les principales caractéristiques de la migraine (nombre de (télé)consultations, fréquence, consommation de médicaments et intensité des crises). Pendant la première vague, les mêmes chercheurs avaient pourtant constaté une amélioration des résultats des patients migraineux (nombre de jours de céphalées, intensité des crises et consommation de traitements symptomatiques) à mesure que le confinement intégral se prolongeait. Il semble que l'angoisse de contracter le virus, alimentée par le lourd tribut payé à la maladie au printemps 2020, soit venue complètement changer la donne au cours de la seconde.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: