Dossiers  >   Fibrillation auriculaire  >  Un lien entre l'activité physique mesurée par accéléromètre et le risque de FA

Un lien entre l'activité physique mesurée par accéléromètre et le risque de FA

23/08 - D'après une analyse des données de l'étude UK Biobank, les personnes âgées dont le niveau d'activité physique (mesuré par accéléromètre) est élevé ont moins de risque de développer une fibrillation auriculaire.

Les auteurs de l'analyse se sont penchés sur les données de 93.669 participants à l'étude UK Biobank, âgés en moyenne de 62 ± 8 ans, n'ayant pas été diagnostiqués porteurs d'une fibrillation auriculaire et qui ont porté un accéléromètre au poignet pendant une semaine. 2.338 cas de FA ont été enregistrés au cours du suivi (moyenne : 5,2 ans).

Dans l'ensemble, 43.818 participants (46,8%) avaient au moins 150 minutes par semaine d'activité physique modérée à intense d'après l'accéléromètre, ce qui correspondait aux recommandations minimales d'activité physique de l'OMS, de la Société Européenne de Cardiologie, de l'American Heart Association et d'autres sociétés. Un sous-groupe de 17.547 personnes (18,7%) a exercé au moins 300 minutes par semaine d'activité physique modérée à intense, répondant ainsi à la recommandation de l'OMS pour obtenir des bénéfices supplémentaires pour la santé.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: