Dossiers  >   Covid-19  >  Covid-19: ces pays qui ont choisi d'imposer la vaccination

Covid-19: ces pays qui ont choisi d'imposer la vaccination

PARIS 30/07 - L'obligation vaccinale contre le Covid-19 gagne du terrain dans le monde face à la progression du variant Delta. Elle vise le plus souvent des populations ciblées, comme les soignants.

Obligatoire pour les adultes: encore rare
 
Au Tadjikistan, un décret gouvernemental oblige tous les citoyens de plus de 18 ans à se faire vacciner.
 
Le Turkménistan, un des rares pays au monde à n'avoir déclaré aucun cas de Covid-19, a annoncé le 7 juillet qu'il rendait la vaccination obligatoire pour "toutes les personnes de plus de 18 ans sans contre indications médicales".
 
Au Vatican, une note en date du 8 février a rendu impératif le vaccin pour les habitants du plus petit Etat au monde et les employés qui y travaillent.
 
Obligation pour certaines catégories
 
En France, les personnels des hôpitaux, cliniques et maisons de retraite, ainsi que les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées ont jusqu'au 15 septembre pour se faire vacciner.
 
En Grèce, la vaccination deviendra obligatoire pour le personnel des maisons de retraite au plus tard le 16 août et pour les soignants à partir du 1er septembre.
 
En Italie, un décret-loi du 25 mai oblige les médecins et personnels de santé à se faire vacciner, sous peine de ne plus pouvoir exercer au contact de personnes. Cette obligation a été attaquée en justice par 300 soignants.
 
Au Royaume-Uni, le gouvernement a annoncé le 16 juin qu'il allait rendre obligatoire la vaccination pour les employés des maisons de retraite, y compris le personnel non-médical.
 
En Russie, le maire de Moscou a décrété le 16 juin la vaccination obligatoire des employés du secteur des services. Depuis, d'autre entités locales, dont Saint-Pétersbourg et sa région, ont pris des mesures similaires.
 
Le Kazakhstan a ordonné le 1er juillet la vaccination obligatoire de la plupart des employés qui ont des contacts avec d'autres personnes. L'archipel des Fidji a rendu obligatoire la vaccination des employés du public comme du privé. Les fonctionnaires devront prendre des congés s'ils n'ont pas reçu leur première injection au 15 août et risquent d'être renvoyés si la deuxième ne leur est pas administrée avant le 1er novembre. Dans le privé, les employés devront avoir reçu leur première dose au 1er août.
 
En Guinée Equatoriale, la vaccination est obligatoire depuis le 20 juillet pour certaines professions comme les militaires, les personnels de santé ou les enseignants.
 
En Hongrie, le Premier ministre Viktor Orban a annoncé le 16 juillet que la vaccination allait devenir obligatoire pour les soignants, sans préciser à quelle date.
 
Aux Etats-Unis, la ville de San Francisco a annoncé fin juin qu'elle allait demander à ses quelque 35.000 employés de se faire vacciner, sous peine de sanctions pouvant aller jusqu'au licenciement. Cette exigence ne prendra toutefois effet que lorsque les vaccins auront été complètement approuvés par l'agence américaine des médicaments (FDA).
 
Pas obligatoire, mais presque
 
Dans certains pays, l'obligation n'est pas formelle mais les restrictions pour les non-vaccinés sont telles qu'elles s'apparentent à une quasi-obligation:
 
Aux Etats-Unis, la Maison Blanche a annoncé jeudi que les employés fédéraux devront soit être vaccinés, soit porter le masque en continu et se soumettre à des tests réguliers, une ou deux fois par semaine. Ils seront aussi limités dans leurs déplacements. L'Etat fédéral emploie 4 millions de personnes.
 
Auparavant, la ville de New York avait annoncé que les employés des hôpitaux publics de la métropole devraient, à partir du 2 août, soit être vaccinés, soit se faire tester chaque semaine. La même mesure doit s'appliquer à partir du 13 septembre à tous les fonctionnaires de la ville (dont policiers, pompiers et enseignants).
 
L'Arabie saoudite a annoncé le 18 mai que la vaccination serait obligatoire à partir d'août pour entrer dans les établissements gouvernementaux et privés, y compris les lieux d'enseignement et de divertissement, ainsi que dans les transports en commun. Seuls les employés vaccinés dans les secteurs public et privé pourront retourner sur leur lieu de travail.
 
Au Pakistan, depuis le 1er juillet, la province du Baloutchistan interdit aux personnes non vaccinées d'entrer dans les services publics, les parcs, les centres commerciaux et les transports en commun. Les fonctionnaires de la province du Sind qui refusent d'être vaccinés ne seront plus payés, tandis que la province du Penjab a menacé de couper le téléphone à ceux qui refuseront l'injection.
 
En Chine, mi-juillet, une vingtaine de collectivités locales dont la ville de Chuxiong (510.000 habitants, sud-ouest) ont averti que les plus de 18 ans non vaccinés ne seraient bientôt plus admis dans les hôpitaux, écoles ou encore transports publics. Le comté de Tianhe (centre) a pour sa part menacé de licencier les fonctionnaires non vaccinés d'ici au 20 juillet.
 

jah-cds-paj/ber/bq/cls • AFP

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: