Dossiers  >   Corticostéroïdes  >  Capsulite rétractile : l'ajout d'hyaluronidase potentialiserait le corticoïde injecté en IA

Capsulite rétractile : l'ajout d'hyaluronidase potentialiserait le corticoïde injecté en IA

Si le traitement de base de la capsulite rétractile ("épaule gelée") consiste en antalgiques, en AINS et en physiothérapie modérée, il est fréquent de devoir y associer une injection intra-articulaire contenant un corticoïde. Il y a cependant des risques potentiels liés à l'administration d'un corticoïde dans ces circonstances : la rupture d'un tendon, une atrophie sous-cutanée, des modifications du cartilage, voire des effets systémiques tels que l'ostéoporose et l'hyperglycémie. Cette dernière est particulièrement à redouter chez les diabétiques – qui, justement, représenteraient jusqu'à 20% des patients souffrant d'une capsulite rétractile.

La recherche d'une efficacité comparable et liée à une sécurité accrue a motivé une équipe de chercheurs à vérifier si l'apport d'hyaluronidase dans la solution injectée en IA permettait de diminuer la dose de corticoïde. L'hyaluronidase augmente la perméabilité synoviale aux stéroïdes et potentialise ainsi leur action, avec une réduction substantielle de l'inflammation synoviale et de la douleur pendant les mouvements.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: