Dossiers  >   Santé féminine  >  L’utilisation de paracétamol pendant la grossesse pourrait altérer le développement fœtal

L’utilisation de paracétamol pendant la grossesse pourrait altérer le développement fœtal

BRUXELLES 13/10 - Face à la douleur et la fièvre, le paracétamol est souvent présenté comme la solution sans danger pour les femmes enceintes. Mais une nouvelle recherche remet cette innocuité en cause. De quoi demander aux futures mères de ne recourir à la molécule que ponctuellement et toujours sur surveillance médicale. Or, aujourd’hui, l’automédication semble être la règle majoritaire dans notre pays…

A lire les recommandations de l'Agence européenne du médicament, il n'y a pas de souci à utiliser le paracétamol quand on attend un enfant. C'est même le choix à privilégier face aux dangers que font courir au fœtus les anti-inflammatoires et antidouleurs les plus courants. Certes, l'agence, traditionnellement prudente, recommande de les utiliser pendant la grossesse, « à la plus petite dose efficace, pendant la durée la plus courte possible et le moins fréquemment possible », mais n'en proscrit pas l'usage, faute d'études permettant d'établir clairement l'existence d'un tel lien.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: