Dossiers  >   Maladies auto-inflammatoires  >  Lien entre le microbiome et la sévérité de la fièvre méditerranéenne familiale

Lien entre le microbiome et la sévérité de la fièvre méditerranéenne familiale

27/10 - La fièvre méditerranéenne (FMF ; gène MEFV) est la maladie auto-inflammatoire la plus répandue dans le monde. Chez les patients homozygotes pour la mutation M694V, à l'origine des crises sévères, l’expression de la maladie peut varier d'un individu à l'autre, et semble être modulée par des facteurs épigénétiques.

Une étude internationale a conclu que le risque d'amyloïdose rénale était le plus étroitement lié au pays de résidence. Des études ont montré que les patients turcs atteints de FMF vivant en Allemagne avaient une maladie plus légère que ceux résidant en Turquie. Ces données ont été confirmées par le registre Eurofever, qui a démontré que les patients atteints de FMF en Europe occidentale présentaient une maladie moins grave que ceux de la Méditerranée orientale. Ces observations suggèrent que des facteurs environnementaux, peut-être en relation avec le microbiome, pourraient modifier l'expression de la FMF.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: