Dossiers  >   Vaccins  >  Staphylocoque doré : une stratégie vaccinale à revoir

Staphylocoque doré : une stratégie vaccinale à revoir

Pourquoi les tentatives de vaccin contre le staphylocoque doré ont-elles toutes échoué à ce jour ? Publiée dans la revue Cell Reports Medicine, une étude américaine pointe l’effet d’anticorps non vaccinaux, issus de premières rencontres avec la bactérie.

Aucun des vaccins testés contre le staphylocoque doré (S. aureus) n'a à ce jour porté de fruits, malgré une quinzaine d'essais de phase 2 et 3, et de nombreux résultats concluants chez l'animal (1). A l'origine de ce hiatus, le fait que l'homme et la souris de laboratoire n'entretiennent pas les mêmes relations avec cette bactérie.

Chez l'homme, le staphylocoque doré, lorsqu'il n'agit pas en pathogène, est fréquemment présent dans le nez et sur la peau. A l'âge de deux mois, environ 50% des nourrissons sont déjà porteurs d'un staphylocoque doré, qu'ils continueront à héberger toute leur vie, très souvent sans heurt. En revanche, la souris, du fait de son confinement, est rarement exposée à cette bactérie.

Vous désirez lire la suite de cet article ?

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à tous les contenus de Mediquality sur tous vos écrans.

Pour des raisons de sécurité, votre navigateur n'est pas compatible avec notre site

Nous vous conseillons l'utilisation d'un des navigateurs suivants: